Que savons-nous sur la nouvelle carte bancaire anti-fraude ?

Que savons-nous sur la nouvelle carte bancaire anti-fraude ?

La création d’une nouvelle carte bancaire anti-fraude devrait rassurer un peu plus les personnes réticentes à utiliser ce moyen de paiement pour leurs achats sur internet. Nous vous expliquons pourquoi.

 

Carte bancaire anti-fraude : ce qu’il faut savoir

 

Qu’est-ce que c’est ?

Il faut savoir que les fraudes à la carte bancaire concernent de plus en plus les « cartes non présentes ». Il s’agit tout simplement des opérations effectuées sans la carte, juste avec des informations comme son numéro et son code de sécurité. Les transactions en ligne sont impliquées.

Cette nouvelle carte est censée sécuriser encore plus les paiements sur internet grâce à une technologie appelée « cryptogramme dynamique ». Ce système permet de réduire la durée de validité d’une des informations importantes présentes sur la carte : le code de sécurité à trois (ou quatre) chiffres qui se trouve au dos connu aussi comme cryptogramme. Parmi les entreprises en concurrence pour proposer ce système, deux leaders de la sécurité digitale et numérique se démarquent : la société française Oberthur Technologies et Gemalto qui est néerlandaise.

Selon l’un des responsables de Oberthur, cette nouveauté permettra de réduire d’environ 75% le nombre de fraudes.

 

Comment ça marche ?

En ce qui concerne sa conception, la carte est composée d’un petit écran en papier électronique (à peine la taille des chiffres) qui affiche le cryptogramme, d’une petite pile pour l’alimenter pendant 3 ou 4 ans ainsi qu’un micro-processeur pour gérer le système.

Alors qu’auparavant les chiffres étaient statiques, cet élément va permettre de faire apparaitre un cryptogramme éphémère qui changera à intervalles aléatoire (cela peut être toutes les 20 minutes comme toutes les heures) et automatiquement. Ainsi, si quelqu’un de malintentionné accède aux informations de votre carte, car vous les avez saisies sur un site pour une transaction, celles-ci seront rapidement obsolètes.

Le fonctionnement est assez simple, lors d’un achat, l’utilisateur va rentrer sur le site les informations de sa carte dont le code de sécurité qui seront transmis à la plateforme du commerçant, puis au serveur de l’émetteur de la carte qui va communiquer avec un autre serveur dédié au système de contrôle du cryptogramme pour vérifier si c’est bien celui qui correspond à la carte à cet instant-là. Si tout est conforme le paiement est validé.

 

Pour quand en Belgique ?

Pour le moment, la solution mise au point par Oberthur est testée par quelques banques en France. Il n’y a pas encore de date précise pour son arrivée en Belgique, mais certaines rumeurs parlent tout de même de fin 2017.

A lire aussi :

Lire Plus
Une Carte de Crédit adaptée à vos besoins ?

Comparez nos solutions Gratuitement et Sans Engagement

Laissez votre commentaire


Partagez vos expériences !

Envoyer un commentaire