Ekonomiste
Ekonomiste
28 Oct, 2013 - 17:27
Tout ce qu'il faut savoir sur le crédit renouvelable

Tout ce qu’il faut savoir sur le crédit renouvelable

Ekonomiste

Si vous pensez à vous faire un crédit renouvelable, sachez les avantages et limitations de ce prêt.

Le crédit renouvelable (appelé aussi crédit permanent ou crédit revolving) est une somme d’argent qui est à la disposition de l’emprunteur de façon permanente et qui se renouvelle partiellement au fur et à mesure des remboursements.

Néanmoins, les taux d’intérêt sont normalement très élevés, et cela peut devenir un facteur de surendettement si l’on en perd la maîtrise – ce qui exige une excellente gestion de son compte.

Ce prêt peut être sur un compte spécial, il est généralement associé à une carte de crédit délivrée par la banque de l’emprunteur ou un grand magasin. Vous pouvez encore réaliser un transfert d’argent de votre réserve directement sur votre compte courant.

Avec le crédit renouvelable vous pouvez ajuster le montant emprunté, qui peut allez entre 550 et 10 000 euros, selon les besoins. Le crédit renouvelable vient, au fond, offrir à son utilisateur une flexibilité budgétaire et qui, tant que vous ne l’utilisez pas, ne vous coûtera pas un centime. Le remboursement mensuel varie donc aussi en fonction du montant que vous utilisez.

Les limitations du crédit renouvelable

Le montant du crédit est déterminé en fonction des revenus. Une fois que le crédit est accordé, le bénéficiaire peut utiliser la somme quand et comme il le veut, dans la limite du montant autorisé. 

Si vous retirez des sommes sur un distributeur automatique avec votre carte de crédit, vous aurez des intérêts à payer sur les retraits ainsi effectués. Ce crédit est normalement cher et le coût total dépend des sommes empruntées. Pour ceux qui deviennent chômeurs en cours de remboursement, il est recommandé d’avoir souscrit une assurance perte d’emploi qui prendra le relais en cas de difficultés économiques.

La loi belge protège le consommateur des dangers du revolving, mais pousse égalementl’organisme financier à être vigilant sur la capacité de remboursement du client.

A lire aussi :